Investissements d'entreprise: emprunt ou autofinancement ?

Création d'entreprise

Votre entreprise doit réaliser un investissement coûteux. Même si elle dispose des fonds nécessaires en trésorerie, il ne faut pas écarter les autres modes de financement. Pour quelles raisons ? Comment faire le bon choix ? Conseils...

Emprunter plutôt qu’autofinancer ?

 

Emprunter... L’emprunt engendre un coût mais permet également des économies d’impôt. En effet, les frais financiers viennent en déduction des recettes supplémentaires générées par l’investissement servant de base à votre imposition.
 
... pour diminuer l’impôt. Pour un investissement procurant les mêmes recettes, l’acquisition par emprunt permet de payer moins d’impôts. La déduction des intérêts permet d’atténuer le coût du crédit et de réduire l’impôt sur les sociétés.
 
... et anticiper un accroissement d’activité. Emprunter alors même que vous disposez des fonds vous permet d’anticiper un accroissement d’activité qui augmentera votre besoin en fond de roulement. Vos stocks et vos créances clients, c’est-à-dire le chiffre d’affaires non encore encaissé, seront plus conséquents.
 
Conseil. Lorsque vous disposez déjà des fonds, un emprunt « in fine » peut être un choix judicieux. Vous ne payez alors que les intérêts d’emprunt chaque année et rembourserez l’intégralité du capital à la fin du prêt. L’économie d’impôt correspondra aux intérêts supportés multipliés par votre taux d’imposition. Pour optimiser davantage, vous pouvez placer l’argent pendant la durée du projet afin d’obtenir une plus-value sur des titres de placement sans risque.
 
Un autofinancement partiel... Par principe, un banquier n’avancera jamais l’argent s’il n’est pas sûr de le retrouver. C’est pourquoi on utilise le ratio « dettes financières/capitaux propres ». Il doit être inférieur à 1. Selon les types de remboursement, l’emprunt ne sera accordé que si l’entreprise autofinance une partie du projet.
 
... pour un effet de levier. Cette répartition entre l’emprunt et les capitaux propres est le levier financier. Il changera en fonction du rythme de remboursement de l’emprunt. Si le taux de rentabilité économique est supérieur au taux des intérêts d’emprunt, l’endettement du projet amplifiera la rentabilité des actionnaires. C’est ce qu’on appelle l’effet de levier.

 

Et si vous louez le bien ?
 

Avantageux fiscalement ? Pas vraiment... Les mensualités de loyer sont déduites en charges. Un premier loyer majoré peut venir alourdir vos charges et donc amoindrir votre résultat imposable de la première année. Toutefois, le bien acquis serait lui aussi amorti, et dans les faits, le crédit-bail est souvent plus cher qu’un crédit classique.

Alors pourquoi opter pour le crédit-bail ? Le premier avantage du crédit-bail est que vous avez un financement intégral parce que le crédit-bailleur reste propriétaire du bien, ce qui constitue une garantie pour lui. Si vous ne payez plus, il reprend son matériel. Ensuite, vous pouvez rendre le bien à la fin de la période si votre activité n’est plus au rendez-vous, le choix d’exercer l’option de rachat vous revenant à la fin du contrat.

Par ailleurs, vous avez une certaine souplesse sur la durée de remboursement, qui n’est pas réglementée de manière aussi pointue comme pour l’amortissement en cas d’acquisition, ce qui peut vous permettre d’augmenter vos charges et donc de payer moins d’impôts. Également, à l’acquisition, il n’y aura pas de TVA à avancer car la TVA, si elle est déductible, sera payée régulièrement tout au long de la durée de location. Enfin, vous améliorez la présentation du bilan dans lequel n’apparaît pas l’endettement au passif, bien qu’une mention en annexe soit requise.

Tous les articles

Votre expert comptable 100% en ligne et 100% sécurisé.

Votre comptabilité en ligne en toute simplicité, totalement sécurisée et moins chère.


Devis immédiat