Le bon Expert Comptable
01 40 15 05 06

Expert comptable en ligne pour auto entrepreneur

Vous dépassez les plafonds de recettes et vous voulez conserver votre statut d’auto entrepreneur.

100% garanti
  • Solution 100% en ligne
  • Collaborateur comptable dédié
  • Conseil 
  • Suivi par téléphone 
  • Services 100% en ligne (zéro papier)
Devis gratuit 100% personnalisé

Nos offres de comptabilité en ligne

Offre création

À partir de

199HT 
  • Solution 100% en ligne
  • Collaborateur juridique dédié
  • Conseil
  • 1er entretien gratuit
  • Collecte des informations
  • Rédaction des statuts
  • Formalités d'immatriculation en sus

En option

  • Prévisionnel
  • Business plan 
  • Pacte d’associés

Offre comptable

À partir de

69HT/mois(holding) 99HT/mois(société)
  • Solution 100% en ligne
  • Collaborateur comptable dédié
  • Conseil
  • Paramétrage
  • Formation
  • Révision comptable
  • Bilan

En option

  • Paye 
  • Tenue comptable 
  • Juridique annuel 

Devis personnalisé

Etablissement de votre devis avec un conseiller commercial en moins de 15 minutes.

Signature électronique

Pas besoin d’imprimante : signer électroniquement votre lettre de mission en ligne.

Votre compta en ligne en 48h

Création de votre compte et intégration de votre historique bancaire.

Comptable en ligne pour auto-entrepreneur

Grâce à des démarches allégées, le statut d’auto-entrepreneur est souvent privilégié par les créateurs d’entreprise. Pour autant, l’auto-entrepreneur doit tenir une comptabilité et a certaines obligations comptables à respecter. Comptabilité simplifiée, fiscalité, gestion de votre relation client : Le bon Expert Comptable vous guide dans vos démarches comptables et vos recherches.

Pour tester leur projet, se lancer comme entrepreneur ou compléter leurs revenus, nombreux sont les entrepreneurs qui font le choix du statut d’auto-entrepreneur. Facile à créer quel que soit le secteur d’activité, disposant d’un régime social simplifié, l’auto-entreprise bénéficie d’avantages en matière de gestion comptable et de fiscalité. Pour un auto-entrepreneur, être bien informé et bien conseillé permet de se consacrer sereinement au développement de son activité et à sa bonne gestion comptable au quotidien.    

La gestion de la comptabilité en auto-entreprise pour optimiser son activité

Les documents comptables de l’auto-entrepreneur

Devis, factures et livret comptable sont les documents matérialisant la comptabilité de l’auto-entrepreneur.

  • Le devis : ce document comptable est obligatoire pour détailler le contenu du service proposé par l’auto-entrepreneur au client. Il engage la relation comptable avec ce dernier et doit contenir certaines mentions : 
    • sa date
    • la durée de validité de l’offre
    • les nom, raison sociale et adresse de l’auto-entreprise
    • les coordonnées du client
    • la date de début et la durée estimée de la prestation
    • la description détaillée de chaque prestation (en quantité et en prix unitaire)
    • les modalités de paiement et livraison ou exécution du contrat
    • la somme à payer HT (voir Les avantages fiscaux du statut). 

Le saviez-vous ?

Même en auto-entreprise, un devis est obligatoire dès que l’engagement dépasse 1500 €, quel que soit l’objet du contrat.

  • La facture : éditée en double, elle est la preuve juridique des droits de l’auto-entrepreneur après sa prestation de services ou sa vente de marchandises. Ce document comptable est obligatoire pour tout travail effectué. Pour une bonne gestion comptable, certaines mentions doivent figurer sur les factures, numérotées et datées :
    • l’identification de l’auto-entreprise (nom, coordonnées, SIREN)
    • celle du client
    • la nature du produit ou du service délivré
    • son coût HT (en faisant alors apparaître la mention “TVA non applicable, art. 293 B du CGI”)
    • les conditions de règlement

L’auto-entrepreneur peut aussi y mentionner les pénalités en cas de retard de paiement.

  • Le livre de recettes : tenir un livre de recettes est la seule obligation comptable de l’auto-entrepreneur. Ce livre-journal recense au quotidien les recettes encaissées et permettre de suivre le chiffre d’affaires pour la gestion comptable de l’entreprise. Il mentionne : 
    • la date d’encaissement
    • le montant encaissé
    • l’origine des recettes
    • la nature des recettes (vente de marchandises, prestation de service, etc.)
    • le mode de règlement
    • le numéro de la facture correspondante

Le saviez-vous ?

En comptabilité, c’est la date d’encaissement qui compte pour les déclarations de CA. L’auto-entrepreneur ne paie pas de cotisations sur une somme non encaissée.

  • Et aussi : en auto-entreprise, les activités de vente ou assimilées doivent tenir un registre d’achats, réunissant toutes les dépenses effectuées pendant l’année. 

3 questions à Assia Bouabizi, expert-comptable chez Le bon Expert Comptable 

Un auto-entrepreneur doit il ouvrir un compte bancaire professionnel ?

Depuis 2019, seul l’auto-entrepreneur réalisant un CA supérieur à 10.000 € durant 2 années consécutives doit ouvrir un compte bancaire dédié à son activité. Mais ce compte n’est pas forcément un compte “professionnel”. L’ouverture d’un compte courant est suffisante, du moment qu’il est séparé du compte personnel de l’auto-entrepreneur. Pour une gestion comptable satisfaisante, seules les transactions liées à l’activité de l’auto-entreprise y figurent (encaissement des recettes, dépenses et achats de l’auto-entreprise, prélèvements pour la rémunération de l’auto-entrepreneur…).

Pour une bonne gestion, un auto-entrepreneur est-il obligé de faire appel à un expert-comptable pour suivre sa comptabilité ?

L’auto-entreprise bénéficiant d’une comptabilité allégée (pas d'obligation de produire un bilan comptable, un compte de résultat annuel, ni de transmettre de liasse fiscale aux impôts), l’auto-entrepreneur n’est pas obligé de solliciter un expert-comptable. Néanmoins, le recours aux services d’un expert-comptable peut s’avérer judicieux, à la création de l’entreprise par exemple (recherche du statut juridique, obligations comptables, etc.).

Un auto-entrepreneur peut-il être contrôlé et sa gestion mise en cause ?

La comptabilité est un outil efficace de pilotage et de bonne gestion comptable pour l’auto-entrepreneur. C’est aussi un moyen pour l’administration fiscale de vérifier les comptes de l’auto-entreprise et s’assurer de l’exactitude des déclarations. (voir Le régime micro-fiscal en bref). L’auto-entrepreneur doit donc se conformer aux obligations comptables mentionnées (facturation, tenue d’un livre de recettes, voire d’achats) et conserver tous ses documents comptables durant 10 ans. A défaut, il risque une amende, ou même un redressement.

Les bases de la fiscalité en auto-entreprise

Le régime micro-fiscal en bref 

Professionnel individuel, l’auto-entrepreneur est soumis à l’impôt sur le revenu

  • catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (micro-BIC) pour les activités commerciales et artisanales
  • catégorie des bénéfices non commerciaux (micro-BNC) pour les activités libérales.

Deux principes régissent la fiscalité des auto-entrepreneurs :

  • la franchise de TVA (voir les avantages fiscaux du statut
  • les seuils de chiffres d’affaire : 176.200 € HT pour l’achat-vente et 72.500 € HT pour les prestations de services (chiffres 2020).

Pour le calcul de l’impôt, le revenu imposable de l’auto-entrepreneur se fonde sur un abattement forfaitaire sur le CA : 71% pour l'achat - vente, 50% pour les prestations de services artisanales et 34% pour les professions libérales et prestations de services BNC.

Le saviez-vous ?

Le régime micro-fiscal simplifié, ou prélèvement libératoire de l'impôt sur le revenu, est réservé dans certains cas aux auto-entrepreneurs (dépend du revenu fiscal de référence du foyer en année N-2). Avec cette option, l’auto-entrepreneur paie en un seul versement l’impôt dû pour son activité avec les cotisations sociales. Concrètement, lors de la déclaration mensuelle ou trimestrielle du CA, un pourcentage supplémentaire est prélevé au titre de l’impôt sur le revenu. Le taux appliqué dépend de la nature de l’activité de l’auto-entreprise.

Les taxes en auto-entreprise

La TVA pour les auto-entreprises

La franchise en base de TVA est caractéristique du statut d’auto-entreprise.Ce dispositif exonère les auto-entrepreneurs de la déclaration et du paiement de la TVA sur les prestations ou ventes réalisées. En comptabilité auto-entreprise, la TVA ne peut donc être ni déduite des achats de biens et de services effectués pour les besoins de l’activité, ni récupérée.

Le plafond de franchise de TVA est le CA en-dessous duquel l’auto-entreprise bénéficie de la franchise. En 2020, il est de 85 800 € HT maximum, dont 34 400 € HT en prestations de services. Au-delà de ce seuil comptable, l’auto-entrepreneur ne bénéficie plus de la franchise de TVA et se doit donc de la facturer, la payer et la déclarer.

Auto-entreprises et Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) 

Le montant de la CFE varie selon les communes. Il s’agit d’une taxe annuelle sur les locaux des entreprises. Tous les auto-entrepreneurs sont redevables de la CFE, même ceux qui travaillent depuis leur domicile personnel ou celui de leurs clients. Dans certains cas, l’auto-entrepreneur peut bénéficier d’exonérations pour cet impôt : exonération temporaire pour la 1ère année d’activité de l’auto-entreprise, pour les auto-entrepreneurs exerçant certaines activités (artisanale, de transport de personnes, etc.), pour les auto-entreprises localisées en zones prioritaires, pour celles dont le CA n’excède pas 5000€... 

Quelles charges sociales pour l’auto-entrepreneur ?

Bien qu’elles ne relèvent pas à proprement parler de la fiscalité, les cotisations sociales ne doivent pas être oubliées par les auto-entrepreneurs soucieux de leur gestion comptable !

Pour financer leur protection sociale obligatoire, les auto-entrepreneurs doivent verser des cotisations sociales (taux variables en fonction de l’activité). Lors de la déclaration mensuelle ou trimestrielle de votre CA sur le site dédié, le montant des cotisations sociales dues par l’auto-entrepreneur est immédiatement calculé et prélevé depuis son compte en ligne.

Le saviez-vous ?

L’ACRE est une exonération partielle de cotisations dont les auto-entrepreneurs peuvent bénéficier. Au 01/0/20, ses règles d’attribution et sa durée sont modifiées. Elle n’est plus attribuée automatiquement à tous les créateurs d’auto-entreprises et est limitée à la 1ère  année d’activité. Les taux d’exonération sont abaissés à 50 %. 

Le bon Expert Comptable, un cabinet comptable au service des auto-entrepreneurs et futurs auto-entrepreneurs ! 

Chez Le bon Expert Comptable, nos collaborateurs expérimentés sont à votre écoute pour toutes vos questions concernant le statut d’auto-entrepreneur et vous accompagnent à chaque étape du développement et de la gestion comptable de votre auto-entreprise.

Et aussi… 

Retrouvez des précisions sur l’auto-entreprise, sa gestion, sa comptabilité, ses obligations comptables et fiscales sur notre blog.

Nos conseils sur la comptabilité, la fiscalité et la gestion de votre entreprise

Juridique

Du nouveau en 2015 : la LOI MACRON

Votée en Février 2015, la loi Macron préconise de trois nouvelles dispositions sur le sujet de la SARL. ...
Haut de page
Devis gratuit